lundi 25 novembre 2013

Natalophobie - la peur de Noël

Ces temps-ci, on entend parler dans les magazines de la "Natalophobie", qui serait la peur que provoquerait chez certains les fêtes de Noël, la "paternatalophobie" étant la peur des pères Noël, bien évidemment). C'est l'occasion pour les journalistes de faire des articles ou des reportages amusants.

Toutefois, cette phobie n'existe pas et n'est répertoriée chez aucun psychiatre : elle n'est qu'une invention doublée d'un jeu de mots, à l'instar de hippopotomonstrosesquippedaliophobie. De nombreuses personnes s’amusent en effet à former des noms composés à partir de racines grecques ou latines. Les formes avec les suffixes –phobie et –philie semblent particulièrement productives.

Mais ce type d’agglutination, assez fréquent dans la langue scientifique, ne correspond pas à l’usage du français courant, qui préfère les tours prépositionnels. Certaines langues comme le grec ou l’allemand ont plus recours à la soudure de différents composants. C’est ce qui explique que l’allemand a des mots de plus de trente lettres dont le fameux rind/fleisch/etiket/tier/ungs/über/waschungs/aufgaben/über/tragungs/gesetz, mot de 63 lettres qui signifient simplement « loi sur le transfert des obligations de surveillance de l’étiquetage de la viande bovine » ! On regrettera la disparition de ce mot, apparu dans le cadre de la lutte contre la maladie de la vache folle et victime d’un changement de législation européenne en 2013.

Ajoutons pour conclure que natalophobie, mélange de grec et de latin, est un "monstre", et donc par essence incorrect (on ne mélange pas le latin et le grec!). Il aurait fallu écrire genethliophobie.


Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire