mercredi 6 août 2014

Antan, jadis, naguère


Vous connaissez peut-être la Ballade des dames du temps jadis, de François Villon, dont les vers ont été mis en musique par Georges Brassens (avec quelques ajouts). Dans ce très joli poème reviennent ces jolis  mots :" Mais où sont les neiges d'antan"? , nostalgie d'un temps passé qui ne se reproduira plus jamais. Car les neiges de l'an passé ont fondues, disparu à tout jamais...tout comme les beautés de ces femmes sitées dans le poème.

 Mais que signifie vraiment "antan"?

La plupart des gens pensent qu'antan signifie "il y a très longtemps". En réalité, il s'agit ... de l'année dernière! Antan vient de "Ante Annum", signifiant l'année dernière en latin. D'ailleurs, la traduction qui a été faite du poème en anglais au XIXème siècle s'intitule "Where are the snows of yesteryear" (où sont les neiges de l'année passée).

Par extension absusive, le mot est devenu synonyme d'autrefois. Il en est de même pour "naguère", qui signifie à la base : "il n'y a guère", donc il n'y a pas longtemps, et qui est devenu "autrefois" dans l'esprit de la majorité des gens.  "Jadis" (du  latin ja dis : "il y a des jours") en revanche, signifie bien "il y a longtemps".

Pour le plaisir, voilà le poème de François Villon (je recommande au passage le très bon livre de Jean Teulé "Je, François Villon".

Dites-moi où, n'en quel pays,
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine,
Echo, parlant quant bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Où est la très sage Héloïs,
Pour qui fut châtré et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
Pour son amour eut cette essoine*.
Semblablement, où est la roine
Qui commanda que Buridan
Fût jeté en un sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

La roine Blanche comme un lis
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
Haramburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Prince, n'enquerrez de semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Que ce refrain ne vous remaine :
Mais où sont les neiges d'antan ?

*l'essoine est un mot oublié qui désignait une grande douleur

Réactions :

1 commentaire:

  1. Ce beau poème de Villon a été mis en musique par Brassens ; une de ses plus chansons les plus réussies...

    RépondreSupprimer