vendredi 29 août 2014

Les nouveaux mots du Robert 2015




Comme pour le Larousse, 150 nouvelles définitions ont été écrites pour l'édition 2015 du Robert, dont le conseiller éditorial est Alain Rey, que j'admire beaucoup pour sa pédagogie, son humour et sa connaissance de la langue française.

Le Petit Robert tire son nom des éditions du Dictionnaire Le Robert, créées par Paul robert en 1951 (et qui publie entre autres le Grand Robert, le Grand Robert et Collins...)


Les critères d'entrée des nouveaux mots sont très sélectifs : Sur les 600 prétendants, seuls 150 ont été acceptés. Une équipe de linguistes se penche d'ailleurs chaque année pour peser les mots, leurs définitions, leur intégration dans l'usage, sa durée de vie potentielle car il faut éviter les mots éphémères. En anglais, c'est beaucoup plus facile grâce à ce que l'on appelle les "mots valises", qui sont beaucoup moins présents dans la langue française.

Voilà une sélection des quelques mots les plus révélateurs :

  • Vapoter : Utiliser une cigarette électronique. Le mot est rentré dans l'usage très récemment, en même temps que les cigarettes électroniques.

  • Zumba® :Méthode de fitness basée sur des mouvements empruntés à différentes danses latino-américaines (Le mot a été inventé par le colombien "Béto" Perez sur la base du mot Samba). Il s'agit d'une marque déposée dans de nombreux pays dont la France.

  • Préquelle (ou préquel) : Épisode d'une oeuvre dont l'action se situe avant celle des épisodes précédents. Le mot est un anglicisme, et vient de "pre" (avant) et sequel (suite), ce qui est un jeu de mots. On peut utiliser "présuite" également.

  • Capillotracté : tiré par les cheveux (capillus = cheveux). Ce mot est une invention humoristique, un mot volontairement compliqué pour parler de quelque chose de compliqué. 


Curieusement, on parle très souvent des mots qui entrent dans le dictionnaire, mais beaucoup moins  de ceux qui en sortent car ils sont passés de mode.

Je prendrai pour exemple (il y en a beaucoup d'autres!) le mot "Nu-vite", qui désigne les personnes qui traversent  un stade en courant dévêtus pour attirer l'attention. Le mot n'est plus utilisé, la pratique ayant quasiment disparu avec la sécurité accrue dans les stades.


 Je finirai par cette jolie définition du dictionnaire qui montre bien que les dictionnaires ont pour objectif de refléter la langue telle qu'elle est utilisée par nous tous : 

Les dictionnaires ne sont pas là pour nous dire quoi dire, ils sont là pour nous dire ce que nous disons. (Guy Bertrand) 

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire