lundi 23 juin 2014

Heureux comme Dieu en France


Certaines personnes se plaisent à dire que la France est "la fille aînée de l'Eglise". Cette vision est tout à fait contestable, mais passons.

L'expression "Etre heureux comme Dieu en France" existe pour signifier que l'on est vraiment très, très à son aise, que l'on a la belle vie. Mais faut-il faire un rapprochement avec cette expression?

En fait, l'expression est une traduction du Yiddish (communauté juive) : "Men ist azoy wie Gott in Frankreich" et date du XIXème siècle, à une époque où les juifs d'Europe centrale estimaient que le pays où les Juifs étaient le mieux traités était la France, pays des Lumières et de la Révolution Française (la loi du 27 septembre 1791 attribuait la citoyenneté aux Juifs) et donc, que la France était une sorte de terre promise.

J'ai trouvé une autre interprétation, à mon sens beaucoup plus douteuse : comme à la Révolution, Dieu avait été en quelque sorte "destitué", il était donc peinard puisqu'il n'avait plus à s'occuper de ses ouailles (au chomdu, quoi). A mon avis c'est tout à fait farfelu, l'hypothèse précédente me semble plus logique.



Réactions :

2 commentaires:

  1. Il n'y a pas à se demander si l'appelation "fille aîné de l'Église" est contestable ou pas puisque ce n'est pas une "vision", comme vous dites, mais un fait historique.
    Qu'elle ne le soit plus est une autre affaire et vous avez tout à fait le droit de le déplorer ou de vous en réjouir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est faux, je vous invite à lire le livre de François Reynaerts "Nos ancêtres les Gaulois", qui montre que l'idée que la France est la fille de l'Eglise est née lorsque les historiens du XIX ème siècle ont réecrit l'histoire de France selon leur propre vision.

      Supprimer