vendredi 27 mars 2015

Amok




Amok est un mot que j'ai découvert en lisant la presse allemande suite à l'accident du vol German Wings :


Was steht in der geheimen Krankenakte des Amok-Piloten? 
Traduction : Qu'y a-t-il dans le dossier médical confidentiel du pilote-fou? 


Le copilote Andreas Lubitz est donc désigné comme un Amok, c'est-à-dire un fou.

Le mot existe également en français, et se définit ainsi : "Folie meurtrière particulière au Malais" et par synecdoque "l'individu qui se trouve lui-même dans cet état de folie".


Jean-Paul Sartre l'utilise d'ailleurs dans "La Nausée" :

des Samoyèdes, des Nyams-Nyams, des Malgaches, des Fuégiens célèbrent les solennités les plus étranges, mangent leurs vieux pères, leurs enfants, tournent sur eux-mêmes au son du tam-tam jusqu'à l'évanouissement, se livrent à la frénésie de l'amok, brûlent leurs morts, les exposent sur les toits, les abandonnent au fil de l'eau sur une barque illuminée d'une torche... 

Le mot est arrivé du malais vers le portugais à la Renaissance, puis vers l'anglais, et ensuite vers le français, pour désigner une folie meurtrière subite que les explorateurs avaient observée dans certaines tribus de Malaisie, des Philippines ou de Java par exemple.

Aujourd'hui, il désigne une maladie psychiatrique qui reste liée au contexte social et culturel de ces pays-là. Dans les années 1950, des ethnologues et des psychiatres ont d'ailleurs théorisé cette maladie, décrivant l'Amok comme une action soudaine, effrénée et meurtrière d'un homme (les femmes ne sont jamais victimes d'Amok) possédé par un esprit vengeur. C'est une pathologie qui conduit au suicide et au meurtre.

Un exemple dans la presse malaisienne, ici .

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire