mardi 16 septembre 2014

Abbaye de monte-à-regret


L'abbaye de monte-à-regret désignait dans l'argot du XIXème siècle la potence, puis la guillotine.

L'expression est très imagée :

  • L'abbaye, c'est parce qu'un ou plusieurs prêtres accompagnaient le condamné à mort

  • Monte-à-regret peut signifier deux choses. La première, évidemment, c'est qu'on monte les marches menant à la mort avec un certain regret, lié au fait qu'on va perdre la tête, ou avoir les vertèbres cervicales pétées. Mais on peut y voir également une autre origine : lors d'une pendaison, dans certains cas, le bourreau montait à l'échelle par un côté, en tirant le condamné qui montait de l'autre côté, à reculons (on disait "à regret"), contrairement à la façon normale de grimper aux échelles. Ainsi, le bourreau pouvait donner une bonne poussée au condamné sans tomber lui-même. 


La fameuse échelle où on "tirait" le condamné


La potence a également bénéficié de beaucoup d'autres "petits noms" :

  • La Veuve (on "épousait la veuve") - qui a donné son nom à la guillotine, cette machine a fabriquer des veuves...
  • Sans-feuille (car sur ces drôles d'arbres qu'étaient les gibets ne poussait guère de feuillage)
  • Hallegrup (de hâler et agripper) 

Certaines rues ont porté le nom de "Monte à regret", signe qu'il y avait une potence dans le coin.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire